Méditations proposées par la paroisse: mise à jour 26 03 2020

Méditation du Père Philippe Michel

le 26 03 2020

CROIRE AUX ŒUVRES DE DIEU !

 

Le Christ nous invite dans l’Evangile de ce jour (cf Jn 5, 31-47) à croire en Lui. Croire en Dieu, son Père, qui lui donne la mission d’annoncer aux hommes les oeuvres divines. Il est Lui-même l’œuvre de Dieu ! Il rend témoignage au Père. Un témoignage de vie, de foi, d’espérance. Et plus que cela Il est le témoignage par excellence : saint, parfait, miséricordieux, juste et libre. Et le Père lui rend témoignage (cf Jn 5, 37). Dans cet esprit et la volonté de Celui-ci, Jésus est le don du Père aux hommes. Cette offrande est signifiée par le Pain de vie. Le Fils de Dieu est le Pain vivant descendu du ciel (cf Jn 6, 51). Ce passage d’Evangile introduit donc le discours du pain de vie que nous trouvons chez Saint Jean au chapitre six.

   Le Christ est notre nourriture éternelle. Il nous rassasie par sa présence. En nous. Elle nous pénètre. Elle nous nourrit de l’espérance et de la foi dont nous avons besoin en ces temps difficiles. Nous trouvons dans la personne du Christ, Pain de vie, force et courage. Un accompagnement, le don de Lui-même pour comprendre que nous avons à vivre auprès de nos frères le même don. Un accompagnement, une présence auprès de ceux qui souffrent plus particulièrement et auprès de tous car cette présence est signe de fraternité. En Christ nous devenons pain vivant, son Corps, comme l’affirme Saint Paul, pour glorifier Dieu ; et nous aimer les uns les autres. Le Pain de vie nous apprend malgré l’éloignement physique à entrer de manière plus active dans le commandement de l’amour, par la prière, la pensée, la relecture de nos rencontres, de notre vie ecclésiale. Celui-là même que Jésus nous rappellera au soir du Jeudi-Saint (cf Jn 13, 14-15) signifié par le geste du lavement des pieds, et manifestant encore qu’Il est bien le don de Dieu pour les hommes en se livrant, se donnant comme le Pain vivant. Pain de la Nouvelle Alliance (cf Mt 26, 26-28).

                      Alors, croyons en Dieu : croyons au Père qui rend témoignage au Fils. Croyons au Fils qui accomplit la volonté de son Père. Croyons en l’Esprit-Saint qui développe en nous la foi : cette confiance totale en Dieu !

—————————————————————————————————————————–

 

 

 Méditation du 21 03 2020:

Père Pierre-Mathieu N’Diaye

  Lætare Jérusalem,

et conventum  facite, omnes qui diligitis eam ;

 gaudete cum lætitia,qui in tristitia fuistis,

ut exsultetis, et satiemini ab uberibus consolationis vestræ.

 Réjouis-toi, Jérusalem,

et rassemblez-vous, vous tous qui l’aimez.M

 Soyez dans la joie et l’allégresse, vous qui étiez dans la tristesse,

 afin d’exulter et d’être rassasiés aux mamelles de votre consolation.

 

   Frères et sœurs bien aimés, en ce quatrième dimanche du carême (mi-carême), huitième jour de notre communion priante, l’Eglise nous invite à la joie. Cela peut paraître paradoxale, mais le Seigneur nous invite plus que jamais à la joie, non à une joie éphémère mais à celle du mystère de notre salut (de nous savoir infiniment aimé et sauvé par Dieu), avec nos frères et Soeurs Catéchumènes qui vont être baptisés à Pâques.

            Comment vivre de cette Joie alors que tout semble aller mal ?

 Les lectures de ce Dimanche que nous avons méditées nous éclairent, et encore plus ce temps du carême qui nous permet d’être seul avec le Seul, en Eglise sur notre chemin de conversion.

       La première lecture, nous invite à vivre en plénitude de cette Joie, en nous laissant transformer au plus intime de nousmême par Dieu (jusque dans nos plans, nos jugements, …) afin de regarder et de voir comme Dieu et de nous émerveiller de la merveille que Dieu a déposé au fond de nous et de nos frères et soeurs.

         Le Psaume 22 (23) nous invitent de manière particulière à fonder notre espérance en Dieu qui aujourd’hui encore veut manifester sa présence en nous et à côté de nousmême si cette dernière peut se faire silence, il reste toutefois notre compagnon de route qui veut nous faire  goûter à cette joie des enfants de Dieu, malgré les événements que notre monde traverse Dieu veut nous rassurer encore une fois à ne pas nous laisser voler notre Joie de nous savoir aimé et Sauvé par le Christ et à notre tour de répandre cette Joie autour de nous de manière particulière en ces temps de détresse. Car nous savons qu’au bout du tunnel il y a la Lumière véritable qui nous attend, le Christ.

           Dans la seconde lecture SaintPaul nous invite à faire ce voyage, ce passage intérieur avec le Christ notre lumière, qui veut que nous ayons ce regard divin sur notre monde. De passer avec lui de l’ombre de la mort à la lumière éternelle, comme le peuple de Dieu vers la terre promise en passant par les eaux du baptême pour devenir lumière pour notre monde. Autrement dit nous pouvons être lumière de notre monde aujourd’hui par la puissance de notre prière d’intercession qui nous fait entrer dans la Joie qui est celle même de Dieu à savoir, permettre à chaque personne humaine de connaître Dieu et de vivre de lui afin d’être des lumières pour notre monde et de lui donner la joie pour laquelle les hommes et les femmes sont faits. Cette Lumière que nous sommes devenus par la grâce du Christ nous met dans la joie et nous permet de voir à la manière de Dieu qui veut le bien de l’humanité. Ce qui nous mène maintenant dans cette Evangile de la guérison de l’aveugle de naissance.

                Dans cet Evangile est posée l’éternelle question de l’origine du mal par les disciples à Jésus  et encore aujourd’hui par nous et notre monde, Notre Seigneur nous répond: ce mal ne vient pas de Dieu car Dieu est un Père aimant et miséricordieux. Cet Evangile nous révèle une double guérison que le Seigneur va opérer pour cet homme, manifesté par une double libération de ce dernier qui représente chacune de nos personnes et notre monde. Le Seigneur le libère de la dépendance (du bon vouloir des gens qui veulent le sortir de sa situation ou se débarrasser de lui en lui donnant une pièce), en  invitant cet homme à aller vers la source jaillissante qu’est le cœur de Dieu a la suite de la samaritaine de dimanche dernier, où il va trouver cette lumière véritable qui lui permettra de voir à la manière de Dieu et de vivre de la joie de Dieu qui l’illumine et le pousse à cette profession de foi pour tout attendre de Dieu. Aujourd’hui le Seigneur par cet Evangile nous invite à nous laver à la source de sa grâce en accueillant sa lumière pour qu’à notre tour nous devenions des lumières pour notre monde, afin que la joie de Dieu et la lumière du Christ illuminent nos existences et notre monde de façon particulière en ces temps de détresse.

       Je nous invite à devenir des monastères invisibles au cœur de notre monde par notre prière d’intercession en accueillant cette lumière qui vient du Seigneur pour voir les personnes et relire les évènements avec les yeux de la foi à la manière de Dieu afin de vivre de cette joie de se savoir aimé et sauvé par le Christ, qui est avec nous au cœur même de notre détresse.

         Demandons frères et sœurs par l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie la grâce de vivre de cette joie de Dieu à la manière de cette Mère toute aimante par notre prière d’intercession pour la gloire de Dieu et le salut du monde. Amen

Back to top